Avant-poste oublié

14 avril 2014

Il est arrivé

Bon, j'ai fini par me lancer.

Même si j'aurais souhaité pouvoir revenir un peu sur le texte et le nettoyer de ses maladresses et lourdeurs, j'ai finalement décidé de lancer la version papier avec le texte dans son état actuel (enfin, avec quand même quelques corrections de fautes). Je n'ai pas le temps de bien reprendre le texte actuellement, et attendre encore pour sortir ce livre, ça ferait vraiment trop réchauffé. Qui sait, par la suite, je ferai peut-être une version révisée ?

Alors, le voilà, tout beau tout neuf, le livre sur Hunger Games, année 47 !

  

Je suis assez content du résultat. En fait, j'avais réalisé une première version, dont la couverture était beaucoup trop sombre et certains éléments trop proches des bords. Quant à l'intérieur, les marges ne me plaisaient pas. Trop larges, elles m'avaient imposé un corps de texte très petit, peu reposant pour la lecture.

La seconde version aura été la bonne : j'ai amélioré la visibilité de la couv (au passage, j'ai finalement opté pour un allègement de la 4e, en supprimant le texte de copyright/décharge, qui a été déplacé à l'intérieur du livre. De plus, j'ai remis la Azurée dans une version moins zoomée, que j'apprécie finalement mieux), et pour l'intérieur, je me suis calé sur les mises en pages de livres de poche, avec des marges plus étroites et un corps, donc, plus gros. Ca aurait pu être encore bien meilleur, si j'avais réalisé la mise en pages sous InDesign, par exemple. Mais j'ai préféré me casser la tête à tenter une mise en pages Word, qui finalement, s'en sort pas si mal. Il y a surtout l'absence de césure qui pèche, et la présence de folios sur les pages de fin de chapitre (c'est techniquement enlevable : il aurait fallu que je gère chaque dernière page de chapitre comme une section à part, ce qui demande un certain travail...)

Le livre est au format poche 10,8 × 17,48 cm, pour 288 pages au total. Il est imprimé par le site lulu.com. On peut donc se le procurer ici :

Acheter le livre HG47 sur lulu.com

A propos du prix : le site indique un prix hors taxe de 6,43 euros. A ce prix-là, il faut ajouter la TVA française ainsi que des frais de port, ce qui monte le coût final à une dizaine d'euros... Mais c'est le prix minimal auquel peut être vendu le livre, c'est-à-dire son coût de fabrication à l'unité (via le procédé de "print on demand") calculé par lulu.com. Je ne gagne donc pas le moindre centime sur la vente de ce livre. Il doit être considéré comme un "cadeau" et ne peut être revendu. Vous remarquerez d'ailleurs qu'il n'a pas d'ISBN, donc pas de dépôt légal. Ce livre n'existe pas :p

Quoiqu'il en soit, l'impression et le façonnage sont plutôt acceptables. Certes, c'est de l'impression laser, et des cahiers coupés (non cousus), mais le brochage semble tenir le coup, même si la carte de la couv est assez rigide. La préemption n'est donc pas complètement similaire à un autre livre de poche du marché, mais reste à mon sens assez convenable. A voir, ensuite, la durée de vie de l'objet après une lecture complète... Le brochage tiendra-t-il ou les pages vont-elles se détacher une à une ?

En tout cas, ça aura fait une belle conclusion à cette aventure hungergamesienne ! ^^ Le livre trône au milieu de mes autres poches et en jette pas mal, sans me vanter :p Ca donne envie de se lancer dans d'autres projets comme celui-ci ! Qui sait, si les Chants sont un jour terminés, et qu'aucun éditeur n'en veut (ben oui, c'est de la fantasy...) ;)

J'espère que si vous vous en procurez un exemplaire, celu-ci vous satisfera et représentera le souvenir idéal de cette belle aventure à laquelle vous avez fortement contribué !

Posté par vorador2116 à 23:08 - Arts créatifs - Commentaires [4]
Tags : , , , ,


01 mai 2011

Couvertures de livres : essais de créa

Il y a longtemps que j'avais envie de parler de couverture. C'est je trouve (surtout pour un non graphiste) un travail très difficile à réaliser : arriver à donner les informations importantes (titre, auteur, éditeur...) tout en étant esthétique et attirante. Chaque lecteur est attiré par quelque chose de différent dans une couverture : l'image (ou l'esthétique générale), le titre, l'auteur, le résumé de couverture, voire carrément rien du tout (la personne recherche un ouvrage et va l'acheter de toute façon, que la couverture plaise ou non). En littérature, on remarque que les lecteurs sont souvent attirés par le duo titre/auteur (c'est le titre qu'ils cherchaient, ou ils cherchaient un livre de tel auteur), ou directement par la 4e (le résumé de couverture, que certaines personnes vont lire assiduement alors que d'autres l'ignoreront carrément). Il n'y a pas de règle générale, juste des statistiques plus ou moins réalistes sur le comportement de l'acheteur potentiel par rapport à son type de lecture.
Pour ma part, et en rapport avec ce que je lis en général (plutôt SF fantasy fantastique thriller), les éléments importants sont principalement l'esthétique/l'image principale et la mise en pages (rapport texte/image, typographie). Non pas qu'une couverture réussie est signe d'un très bon ouvrage, loin de là (le créateur de la couverture a d'ailleurs souvent rien à voir avec l'écrivain), disons que c'est essentiellement une attirance inconsciente qui me fait focaliser sur l'ouvrage. En SF, j'apprécie beaucoup Manchu, en fantasy, Didier Graffet ou Julien Delval. Certaines illustrations magnifiques d'un de ces auteurs m'ont souvent fait acheter le livre, alors que le titre, l'auteur, voire la 4e ne m'ont pas du tout emballé (ce sont d'ailleurs des livres que je ne lis pas en général ^^').
Bien sûr, un beau titre, un auteur de référence, un éditeur de confiance, une 4e attirante me font aussi acheter un livre, mais une couverture trop sobre ou ratée m'a toujours refroidi.
Dernièrement, j'ai acheté La Caverne de glace noire, parce que je trouvais l'illustration jolie (bien que le reste de la couverture, avec un nom d'auteur démesuré et en arc de cercle comme si c'était l'entrée d'un parc d'attractions, ne soit pas à la hauteur), mais bon... il y a tellement de subjectivité et d'a priori dans tout cela... Seule l'expérience permet d'aboutir à la création de couvertures qui puissent attirer le plus grand nombre de lecteurs, tout en ne froissant pas les "fans" et en ne faisant pas fuire les allergiques au genre. Il doit y avoir aussi des tas d'essais à ce sujet, il faudra que je me penche sur la question un de ces jours, bien que ce ne soit pas mon travail principal.
Quoi qu'il en soit, pour les études, j'ai eu à créer des projets de couvertures, et c'est quand on a le nez dedans qu'on se rend compte de la complexité de la chose. Et dans mon cas, je voulais que ce soit joli, et au final, je me rends compte à quel point ça manquait d'ergonomie, de lisibilité, d'attirance...
J'ai refait ensuite d'autres essais pour des projets plus personnels, et je me suis heurté à chaque fois à un problème nouveau, sans forcément arriver à tirer la leçon des erreurs précédentes, mais j'ose espérer arriver un jour à quelque chose d'acceptable !
Voici ci-après quelques essais plus ou moins réussis, donc.

– Le premier essai était un projet réalisé pendant mes études où il s'agissait de créer et mettre en place une collection de documentaires jeunesse. Le sujet imposé, les châteaux forts, est développé à outrance chez tous les éditeurs. Je ne reviendrai pas sur le choix éditorial, mais pour faire simple, j'avais eu l'idée de créer une sorte de série inspirée des jeux vidéo et jeux de cartes, à savoir une entité principale ("jeu de base") suivie de plusieurs suites ("add-ons", "extensions", etc.). Dans mon projet, la base pouvait être augmentée de n'importe quelle suite sans que ça devienne incohérent. On pouvait donc acheter le tome "0" avec le 1, ou le 0 et le 2, etc. J'avais même imaginé une sorte de pochette avec rabats pouvant inclure la base + un add-on, plus facilement transportables.
Les couvertures devaient avoir une certaine identité visuelle due essentiellement à cet aspect de collection. Sur la 4e, je voulais qu'il y ait un résumé pour la collection, et un résumé propre au tome en question (pour toutes les couv présentées, cliquer dessus pour avoir de plus grandes tailles).

Couverture Chateau fort tome 0

Alors, les images sont des fausses (sans droits, hein), et j'ai mis l'éditeur Gallimard jeunesse pour le fun, mais ce n'est en aucun cas un projet commercialisé ! Voilà donc la base. Sur la plat 1, on a un à-plat noir qui prend une grande partie de la page. Sur la crête, des petites silhouettes de châteaux forts. Le titre est divisé en deux morceaux : la première partie, qui va être commune à tous les ouvrages de la collection "Les chateaux forts...", et la seconde, qui est le titre propre à l'ouvrage en question. Une image centrale (ici relativement neutre car c'est le tome 0) pour donner un peu de matière. Et derrière le noir, un ciel nuageux qui va prendre des couleurs différentes en fonction de l'ouvrage.
Le dos reprend le titre du livre, son numéro, ainsi qu'une silhouette qui va changer à chaque tome.
La 4e présente les deux résumés, une 2e image et les informations légales (code-barres, ISBN...).
Il est intéressant de voir séparément les plats 1 et 4, rognés, afin que l'oeil ne soit pas parasité par l'une ou l'autre face. On remarque bien dans le plat 4 les deux à-plats de couleur et son aspect plus classique que le plat 1 (avec ses petites silhouettes).

Couverture Chateau fort tome 0 plat 1

 

Couverture Chateau fort tome 0 plat 4

Après coup, j'ai remarqué que j'avais oublié un élément FONDAMENTAL dans cette couverture : la recherche d'une police sobre mais sympathique pour le titre, tout du moins quelque chose de mieux que ce pseudo-arial !! Bref, un peu dommage...
Voici ensuite les couvertures des trois add-ons que j'avais conçus :

Couverture Chateau fort tome 1

 

Couverture Chateau fort tome 2

 

Couverture Chateau fort tome 3

On remarque bien ce qui reste et ce qui change : le fond nuageux, le titre, le numéro de tome, la petite silhouette sur le dos, les images, et le paragraphe de résumé propre au tome.
D'ailleurs, quand on met dans une bibliothèque tous les livres les uns contre les autres, on obtient ceci :

Couverture Chateau fort dos

 Voilà bref, à mon sens quelques bonnes idées, mais pas grand chose de finalisé ! Je pense après coup que ça manquait un peu de clarté, mais je suis toujours assez fier du caractère assez saturé des couvertures, lumineuses, et assez efficaces. Ha, je dois rappeler que le format était de 170 × 240.

 

– Le projet suivant, on en avait déjà parlé dans ce post mais je le redonne quand même:

Couverture Hyperion John Keats

 Cette couverture a été réalisée (presque entièrement) à la main, pour un projet de confection artisanale d'un livre. Pour rafraîchir les mémoires, je cherchais à illustrer le caractère vain de la lutte des titans contre les dieux de l'Olympe, le propos du poème Hypérion, de John Keats. J'avais l'idée de faire une couverture complètement noire (disons, la plus noire possible), et de faire le titre en défonce sur un paysage dont l'horizon serait lointain. Hypérion représenterait ainsi la lumière, l'espoir dans cette guerre, mais un espoir vain (aux couleurs fades, à l'horizon infini, et assailli de toutes parts par le noir).

Je suis assez content du résultat de cette couverture, même si certaines personnes m'ont dit que son caractère très graphique et colorée n'avait pas forcément d'intérêt pour l'oeuvre littéraire de John Keats. Je m'en fous. Je voulais quelque chose de fort et de moderne pour cette oeuvre qu'après tout, je n'ai découvert que par l'intermédiaire de Dan Simmons et de son Hypérion (donc de la pure SF)...

 

– Ci-après deux projets perso, un pour un recueil de textes collectifs, un autre pour un recueil de nouvelles.

Couverture CMMBN

Cette première couv pour un recueil collectif est, comme on peut s'en apercevoir, une des premières que j'ai faites ^^'. Moche à souhait, mais bon, l'idée est (un peu) là. L'image en 3D est de moi, je voulais représenter des marines perdus dans un désert de sable (si si), et visitant une étrange structure métallique qui jaillirait des dunes la recouvrant en partie. Une sorte de paysage "à la Starcraft", avec des constructions métalliques dont on ignore le rôle et le fonctionnement (ici sûrement une sorte de piste d'atterrissage). La police n'est pas lisible, mais je voulais une sorte de police de type SF. Enfin bref, ne nous attardons pas sur ce projet loin d'être finalisé...

Couverture Horizon

Cette seconde couv réalisée pour un projet de recueil de nouvelles, détient plusieurs infos que j'aime bien mettre en avant. Tout d'abord, on retrouve un plat 1 assez "vide", avec un fond qui donne le vertige (pleine page, profond, sombre). Bon c'est de la 3D de base avec des effets aujourd'hui assez kitchouilles, mais bon. La police est comme le projet précédent une police type SF, mais un peu plus lisible, et légèrement en défonce. Je pense qu'on peut le lire d'assez loin (le format du livre est un format poche). L'icône de l'éditeur est ratée (trop complexe).
L'image se poursuit (en s'assombrissant) le long du dos puis du plat 4, presque complètement noir. J'aime bien ces couvertures qui sont en continuité sur leurs trois faces. Sur le plat 4 donc, pas de résumé, mais un nuage de tags donnant quelques infos sur le contenu de l'ouvrage. Au final, ce nuage est un peu raté (les prénoms des héros, on s'en fiche), et j'aurais dû jouer davantage sur la superposition des tags, ainsi que sur leur couleur (blanc quand c'est devant, gris sombre quand c'est derrière). De plus, il aurait eu plus d'impact en étant circulaire, plutôt que justifié comme je me suis efforcé à le faire (en plus, ça aurait fait une planète perdue dans le noir de l'espace, donc en rapport avec l'image de fond). Enfin bon, il reste encore du travail à faire mais j'aimais bien cette teinte bleue et cette couverture globalement très en clair-obscur !

– Voici enfin le dernier projet en cours, disons un avant-avant-projet, car je travaille à peine sur l'image principale. La police elle-même n'est pas définitive (mais placée pour voir grossièrement l'impact du titre sur la couverture).

Couverture CDLN

(C'est un format non rogné, donc il faut imaginer un bord d'environ 5 mm à supprimer tout autour). On retrouve Eyléane à gauche, pointant du doigt (ou hésitant à toucher) le squelette en face avec son épée. La couverture sera... tadam ! sombre (comme d'habitude), avec une lueur violacée prédominante, émanant de l'épée et éclairant en contre plongée les visages d'Eyle et du squelette. J'aimerais aussi une lueur pour le titre, mais j'ai peur que le tout rende trop kitch. Grosso modo, je veux quand même un rendu de type "fantasy" classique, du genre Bragelonne ou Mnémos, même si cette image est entièrement réalisée par ordinateur. En ce qui concerne le logo, je le trouve plus "graphique", mais a des allures manga, ce qui n'était pas très voulu...
Enfin bon, on avait déjà vu précédemment le crayonné de cette Eyle. On en verra plus sur cette couverture, je l'espère, prochainement !
En attendant, une petite preview (gros plan) de l'avancement de la colo :

Couverture CDLN preview

Et d'une manière générale, j'aimerais vraiment avoir plus de temps pour réaliser des couv, réfléchir à l'impact du texte, de l'image, réussir des jolis effets sans que ce soit trop forts, etc. Il y a du travail...

A bientôt !

05 mars 2010

Confection d'un livre artisanal

Ca faisait un petit bout de temps que je voulais montrer en détail un projet que j'ai réalisé il y a quelques temps déjà : la confection d'un livre entièrement "maison".
La tâche était bien entendu de tout faire, de la saisie du texte jusqu'aux collages finaux. J'avais en tête l'édition du poème de John Keats, "Hypérion" qui se trouve assez difficilement en librairie : un poche Gallimard John Keats, Poèmes et poésies, avec une traduction de Paul Gallimard, et un ouvrage de l'Imprimerie nationale, avec une traduction de Robert Ellrodt. Le premier ne contient que la version française du poème (et une traduction parfois douteuse), alors que le second était plus complet et bilingue. Mais connaissant mieux la version de Paul Gallimard, c'est celle que j'ai saisie à la base, et que j'ai ensuite réadaptée en regard de celle de Robert Ellrodt (pour la VO, je l'ai directement récupérée du site johnkeats.com).
Bref, passons à la partie technique, but de mon message ici ^^'. Il y a eu bien sûr une partie de mise en pages, puis d'impression (imposition des pages, etc.) et enfin de confection de l'ouvrage en lui-même.
Si je comptais à la base en faire un paquet, je n'ai finalement fait que deux exemplaires, deux versions un peu différentes : une reliée avec couverture rigide (hardcover), et l'autre en brochée avec couverture souple (paperback)
Voilà les deux bêtes.

 

livre artisanal Hypérion

livre artisanal Hypérion

 

Celui du dessus/gauche, c'est le relié : on remarque une plus grosse couverture, en carton, et il y a même tout un tas d'options en plus : tranchefile (c'est l'espèce de morceau de tissu en haut et en bas qui cache la fente entre les pages et le dos de couverture (ce que les gens appellent à tort "tranche")), signet (marque-pages), et pages de garde (noires hé hé hé). Le second est beaucoup plus simple.

 

livre artisanal Hypérion livre artisanal Hypérion
Haut de couverture de la version brochée Signet et tranchefile de la version reliée
livre artisanal Hypérion livre artisanal Hypérion
Les cahiers cousus et collés (version reliée) Un coin de couverture (version reliée)

la version reliée et ses pages de garde noires

livre artisanal Hypérion
Les dos

livre artisanal Hypérion
les quatrièmes de couverture

 

Bon on remarque sur la version cartonnée que la couverture n'a pas toujours supporté les multiples tâtonnements lors de la confection : les bords sont usés et les pliures sont assez grossières ^^'.

 

livre artisanal Hypérion
Un gros plan du dos avant le montage sur la couverture. On y voit bien la tarlatane, le tranchefile et le signet

livre artisanal Hypérion
Photo de mauvaise qualité de la couverture avant collage et pliage: les 3 pièces de carton et les découpes spécifiques pour que les bords soient bien recouverts. C'est ce qu'on appelle une reliure à dos brisé (d'où l'intérêt d'utiliser des tranchefiles : pour éviter que la poussière se glisse dans la fente).

 

Et voici quelques pages de l'intérieur, les cahiers et leur couture étant exactement identiques dans les deux versions (disons, à l'exception des pages de garde noires de l'exemplaire relié). Le texte est en police Garamond, fer à gauche (ça veut dire qu'il n'est pas justifié). J'ai opté pour ce format carré, car je voulais qu'aucun vers ne soit coupé ! J'ai donc choisi une longueur de marge légèrement supérieure à la longueur du plus long vers...

 

livre artisanal Hypérion
Page de faux-titre

livre artisanal Hypérion
Page de titre

livre artisanal Hypérion
Début du livre I

livre artisanal Hypérion
Une page ("Théia ! Théia ! Théia ! Où est Saturne ?")

livre artisanal Hypérion
Une double-page avec le signet

livre artisanal Hypérion
Le poème en fin d'ouvrage avec la signature de John Keats

livre artisanal Hypérion
L'image finale, aquarelle de Joseph Severn représentant John Keats sur son lit de mort, à Rome...

livre artisanal Hypérion
Les deux ouvrages en situation dans un rayonnage ^^'

 

Et pour ceux qui s'intéressent un peu plus à la couverture !

 

livre artisanal Hypérion
Cliquez dessus pour une plus grande version

 

Bien sûr l'ISBN et le code-barres sont faux ^^. Mon idée était vraiment de faire un livre sombre, et que le titre soit une fenêtre vers la lumière et l'horizon. Dans le poème, Hypérion représente l'espoir des Titans, guidés par Saturne, qui sont en train de perdre la guerre face aux dieux de l'Olympe. Hypérion, gardien du soleil et de la lumière, sera par la suite détrôné par Apollon, et Saturne, par Jupiter, alias Zeus ^^ (c'est pour cela que dans le ciel, les planètes se trouvant derrière Jupiter ont souvent des noms de Titans, comme Saturne ou Uranus. Elles sont "occultées" par la grande, la puissante Jupiter ^^). On sait que la lutte est veine, que l'avènement des dieux olympiens ne pourra être retardé, c'est pour cela que je voulais aussi que la couverture soit mélancolique, un peu figée, et que malgré le rayon de soleil, la couleur reste pâle et écrasée par le noir environnant.
A part cette idée centrale, dans la couverture, je ne voulais d'ailleurs rien d'autre, excepté bien sûr l'auteur et l'éditeur, qui se fondent bien dans le noir.

Voilà ^^ J'espère que ce panorama d'un livre artisanal vous aura intéressé, et qui sait peut-être, donné l'envie d'en faire un vous-même ? Peut-être que prochainement, si on me le demande, je remettrai précisément toutes les étapes de la confection une par une !

 

Posté par vorador2116 à 20:41 - Arts créatifs - Commentaires [6]
Tags : , , ,