Avant-poste oublié

09 septembre 2015

[Inspiration] Rêver devant un paysage de jeu vidéo

Doom est un des jeux qui m’aura le plus marqué. Je ne compte pas les heures que j’y ai passées avec mon frère à parcourir les salles pleines de monstres, à chercher toutes les zones secrètes et à arpenter les longs couloirs pour éradiquer jusqu’au dernier ennemi.

Mais il y a quelque chose en particulier que j’aimais faire quand je jouais à Doom : me retrouver seul dans le niveau pacifié et contempler ces montagnes lointaines pendant de longues minutes en écoutant la musique à la fois mélancolique et languissante du jeu (celle de la version PSX).

de1m1q1

 

J’appréciais vraiment ce moment de calme après la tempête. Ces couloirs vides de monstres, cette solitude au point d’avoir l’impression d’être le dernier être humain encore vivant dans l’univers. Cette impression de tranquillité, pourtant bousculée par cet étrange sentiment d’être observé. Mais il n’y avait plus personne.

Doom_ingame_1

Doom5

Je ne pense pas être le seul à avoir apprécié les décors lointains de Doom, à en croire divers posts sur des forums encore trouvables sur le net, mais il n'empêche que quand je dis que ce que je préférais dans Doom, ce n'était pas shooter les monstres, mais juste regarder le paysage, ça paraît souvent étrange ^^'

Vous pouvez trouver les autres morceaux du jeu à cette adresse. Ça vaut le détour. Une étrange torpeur nous prend en les écoutant, je trouve. Sans trop savoir si on va se mettre à rêver ou faire des cauchemars…

J’ai retrouvé ce sentiment dans certains autres jeux, comme le premier Tomb Raider, quand on s’aventurait dans les ruines du temple et qu’on devait parfois plonger dans des bassins à l’eau transparente pour passer d’une salle à l’autre :

Tomb Raider 1 Game

Tomb Raider 1 PC

Une musique plus légère ici, un sentiment de sécurité renforcé, une zénitude plus profonde. Tout l'album du jeu est exceptionnel.

 

Il y avait également Abe’s Oddysee :

Abes_Oddysee_screenshot_Abe_on_Elum

hqdefault

post-29395-0-48198400-1332946151

xfk33x-L

Ici la variété des décors était plus forte, plus travaillée. C’était davantage le clair-obscur qui m’attirait, la sensation de plans superposés, les rayons de lumière…

 

Dans le même genre, plus récemment, il y avait Limbo.

1853396-2011_08_02_00003

limbo-pc-1312364885-029

Ce jeu est clairement plus glauque, tout en noir et blanc ; les bruits d’ambiance mêlés aux jeux de lumière et à cette impression de calme mélangée à un dérangeant sentiment de danger imminent m’ont captivé de longues heures… Souvent, je laissais la console sur le simple écran de titre du jeu, avec sa musique entêtante, et je manquais m'endormir dessus. (Toute la bande son du jeu est à écouter, bien sûr.)

Le point commun à tous ces jeux, c’est donc le fait que je finissais souvent par délaisser l'acte de jouer au profit de la contemplation des paysages, tout en m’enivrant de la musique. Ces paysages souvent lointains et inaccessibles symbolisaient une liberté inatteignable, une sorte de salut. J'aimais à les regarder, mais ne cherchais pas forcément à m’y rendre. Ils étaient très bien là où ils étaient, un horizon qui jamais ne se rapprochait, mais qui permettait quand même de rêver et de s’envoler…

Et puis il y a aussi eu The Last Of Us. Ici, ce n'était pas uniquement un paysage lointain, mais davantage tous les petits éléments de décor, d'ambiance, etc. Avec ce jeu aussi, je suis resté lontemps sur l'écran d'accueil, sans forcément avoir envie de passer à la suite.

The Last Of Us 03

Je vous conseille aussi pour ce jeu d'écouter toute la musique, tout simplement exceptionnelle (on trouve même des morceaux d'une heure non stop du thème principal en boucle). En fait, je vous invite vraiment à y jouer, et ne pas seulement "finir" le jeu, mais s'y imprégner, vivre avec les personnages, visiter les maisons, s'attarder sur un tableau accroché à un mur, contempler une touffe d'herbe qui s'agite au vent, flaner au son de l'eau de la rivière qui coule en contrebas... Tout dans le jeu se prête à rêverie. Il a beau y avoir des créatures qui veulent nous bouffer, et des survivants agressifs qui ne cherchent qu'à nous dépouiller, c'est l'inéluctabilité de la fin de l'homme qui nous agrippe le plus. On regarde la nature qui a repris ses droits, et on en viendrait presque à accepter le fait que tout soit révolu.

Pour chacun de ces jeux présentés, n'hésitez pas à lancer la musique (si les fenêtres Youtube se lancent convenablement ^^') et à regarder l'image en rapport pendant l'écoute.

Posté par vorador2116 à 14:15 - Inspirations - Commentaires [0]
Tags : , , , ,