Avant-poste oublié

09 septembre 2015

[Inspiration] Rêver devant un paysage de jeu vidéo

Doom est un des jeux qui m’aura le plus marqué. Je ne compte pas les heures que j’y ai passées avec mon frère à parcourir les salles pleines de monstres, à chercher toutes les zones secrètes et à arpenter les longs couloirs pour éradiquer jusqu’au dernier ennemi.

Mais il y a quelque chose en particulier que j’aimais faire quand je jouais à Doom : me retrouver seul dans le niveau pacifié et contempler ces montagnes lointaines pendant de longues minutes en écoutant la musique à la fois mélancolique et languissante du jeu (celle de la version PSX).

de1m1q1

 

J’appréciais vraiment ce moment de calme après la tempête. Ces couloirs vides de monstres, cette solitude au point d’avoir l’impression d’être le dernier être humain encore vivant dans l’univers. Cette impression de tranquillité, pourtant bousculée par cet étrange sentiment d’être observé. Mais il n’y avait plus personne.

Doom_ingame_1

Doom5

Je ne pense pas être le seul à avoir apprécié les décors lointains de Doom, à en croire divers posts sur des forums encore trouvables sur le net, mais il n'empêche que quand je dis que ce que je préférais dans Doom, ce n'était pas shooter les monstres, mais juste regarder le paysage, ça paraît souvent étrange ^^'

Vous pouvez trouver les autres morceaux du jeu à cette adresse. Ça vaut le détour. Une étrange torpeur nous prend en les écoutant, je trouve. Sans trop savoir si on va se mettre à rêver ou faire des cauchemars…

J’ai retrouvé ce sentiment dans certains autres jeux, comme le premier Tomb Raider, quand on s’aventurait dans les ruines du temple et qu’on devait parfois plonger dans des bassins à l’eau transparente pour passer d’une salle à l’autre :

Tomb Raider 1 Game

Tomb Raider 1 PC

Une musique plus légère ici, un sentiment de sécurité renforcé, une zénitude plus profonde. Tout l'album du jeu est exceptionnel.

 

Il y avait également Abe’s Oddysee :

Abes_Oddysee_screenshot_Abe_on_Elum

hqdefault

post-29395-0-48198400-1332946151

xfk33x-L

Ici la variété des décors était plus forte, plus travaillée. C’était davantage le clair-obscur qui m’attirait, la sensation de plans superposés, les rayons de lumière…

 

Dans le même genre, plus récemment, il y avait Limbo.

1853396-2011_08_02_00003

limbo-pc-1312364885-029

Ce jeu est clairement plus glauque, tout en noir et blanc ; les bruits d’ambiance mêlés aux jeux de lumière et à cette impression de calme mélangée à un dérangeant sentiment de danger imminent m’ont captivé de longues heures… Souvent, je laissais la console sur le simple écran de titre du jeu, avec sa musique entêtante, et je manquais m'endormir dessus. (Toute la bande son du jeu est à écouter, bien sûr.)

Le point commun à tous ces jeux, c’est donc le fait que je finissais souvent par délaisser l'acte de jouer au profit de la contemplation des paysages, tout en m’enivrant de la musique. Ces paysages souvent lointains et inaccessibles symbolisaient une liberté inatteignable, une sorte de salut. J'aimais à les regarder, mais ne cherchais pas forcément à m’y rendre. Ils étaient très bien là où ils étaient, un horizon qui jamais ne se rapprochait, mais qui permettait quand même de rêver et de s’envoler…

Et puis il y a aussi eu The Last Of Us. Ici, ce n'était pas uniquement un paysage lointain, mais davantage tous les petits éléments de décor, d'ambiance, etc. Avec ce jeu aussi, je suis resté lontemps sur l'écran d'accueil, sans forcément avoir envie de passer à la suite.

The Last Of Us 03

Je vous conseille aussi pour ce jeu d'écouter toute la musique, tout simplement exceptionnelle (on trouve même des morceaux d'une heure non stop du thème principal en boucle). En fait, je vous invite vraiment à y jouer, et ne pas seulement "finir" le jeu, mais s'y imprégner, vivre avec les personnages, visiter les maisons, s'attarder sur un tableau accroché à un mur, contempler une touffe d'herbe qui s'agite au vent, flaner au son de l'eau de la rivière qui coule en contrebas... Tout dans le jeu se prête à rêverie. Il a beau y avoir des créatures qui veulent nous bouffer, et des survivants agressifs qui ne cherchent qu'à nous dépouiller, c'est l'inéluctabilité de la fin de l'homme qui nous agrippe le plus. On regarde la nature qui a repris ses droits, et on en viendrait presque à accepter le fait que tout soit révolu.

Pour chacun de ces jeux présentés, n'hésitez pas à lancer la musique (si les fenêtres Youtube se lancent convenablement ^^') et à regarder l'image en rapport pendant l'écoute.

Posté par vorador2116 à 14:15 - Inspirations - Commentaires [0]
Tags : , , , ,


24 août 2015

Les derniers d'entre nous, tome 2 : Epic Fail/Win

Zombie

Purée, je suis resté coincé des mois sur la fin de la partie 1 du tome 2. Je me suis fait des plans, j'ai trié mes extraits déjà rédigés, je me suis fixé des impératifs tenables, etc., mais c'est resté très longtemps laborieux. Ma principale crainte était l'ennui progressif dans lequel pourrait entrer le lecteur au cours de la lecture de cette partie. Mais après avoir tout remis sur le tapis, je me suis rendu compte que ça passait pas trop mal, et ça m'a motivé à continuer. La seconde crainte était la taille qu'allait faire mon tome 2, étant donné que la partie 1, qui devait faire à peu près le tiers du tome, commençait déjà à s'allonger dangereusement, pour atteindre les 300 000 puis 350 000 signes...

Il me restait tant de choses à rédiger... Je ne me voyais pas du tout terminer ce week-end, et puis finalement les choses se sont mises en place, se sont bien emboitées et cet immense puzzle a rapidement pris forme pour faire un tout plutôt cohérent. Et une fois cette partie 1 terminée... je me suis rendu compte que j'en étais à 420 000 signes, soit la taille actuelle du tome 1. Eclair de lucidité : je ne tenais plus dans les mains la partie 1 du tome 2, mais le tome 2 dans son intégralité, avec une progression tout à fait valable et une fin terrible !*

Bon, ok, j'ai bien merdé sur le calibrage de cette partie du récit, ou alors, je deviens trop bavard, car le tome 2 sera finalement découpé en deux tomes séparés, mais après réflexion, ce n'est pas plus mal ainsi. Il y avait beaucoup de choses à dire dans cette partie, pas mal d'actions mais aussi pas mal de questionnements des héros, et je pense aujourd'hui que ça ne pouvait vraiment pas être plié en 150 000 - 200 000 signes...

Bref, pile un an après m'être décidé pour un titre (provisoire) à ce roman, voilà que j'en termine le tome 2. Suite du programme à présent : revoir la progression du futur tome 3 (ex-parties 2 et 3 du tome 2) en fonction de ce que j'avais prévu pour l'ex-tome 3, pour voir combien de tomes il va encore me falloir pour terminer cette histoire ><

Pour finir, je remercie Kavinsky et son Roadgame pour m'avoir aidé à terminer ce tome en m'apportant la note nostalgique et irrémédiable dont j'avais besoin pour me mettre en condition *.*

Voir la page du projet

--------

* D'où le passage soudain de la barre de progression du blog, qui passe aussitôt de 38% à 100%...

07 mars 2015

Les Derniers d'entre nous – essai de couverture

Diantre, ça fait un bail que je n'ai rien posté ici. Même pas souhaité de bonne année ni fait de rétrospective de 2014... Il n'y avait certes pas grand-chose à résumer : peu de nouveaux dessins, et surtout du temps passé sur Les Chants de la négation et sur Les Derniers d'entre nous.

Le tome 2 de cette histoire de zombie young adult avance, pas aussi vite que le tome 1, mais c'est mieux que rien. Se fixer comme date de fin de rédaction du premier jet le mois de juin me semble un peu audacieux, mais pas irréalisable pour autant.

En attendant, une fois de plus, je me suis amusé à réfléchir à l'allure que pourrait avoir la couverture si ce texte était édité (enfin, auto-édité, car dans le système classique d'édition, l'auteur ne réalise pas la couverture de son roman). J'ai pas mal d'idées, et du mal à les concrétiser, aussi le résultat actuel ne me satisfait pas pleinement, mais donne un premier aperçu de ce que ça pourrait donner. Je voulais du dynamisme et aussi un peu de mélancolie dans cette couverture. Ces deux notions étant un peu antagonistes, il était difficile d'obtenir un résultat cohérent. Au final, j'ai misé pour un titre dynamique et une photo mélancolique. Le titre aide ainsi à symboliser le mouvement, la vitalité, par-dessus un fond figé, symbolisant la mort, la fin irrémédiable, etc. Choisir une photo d'un paysage automnal, a priori sans grand rapport avec le texte, aide à appuyer cette idée tout en restant original. La chromie générale, ton sur ton, permet d'unir les deux notions en opposition.

L'ensemble ne fait pas très Young Adult, en fait. C'est un résultat un peu bâtard, un peu présompteux, mélange de sérieux et de fun, avec cette typo sanglante et ce fond abstrait qui court sur toute la couverture. L'absence de personnage n'aide pas à rendre la couv plus abordable. Bref, c'est un concept, qui continuera, je pense, à être travaillé !

couv Les derniers d'entre nous
(Cliquer sur l'image pour la voir en plus grand)

Et voici les 1re et 4e de couverture présentées séparément. Le résumé de couverture est lui aussi provisoire. Comme le titre du livre 1, d'ailleurs. J'essayerai d'en trouver un plus inspiré.

couv Les derniers d'entre nous     couv Les derniers d'entre nous
(Cliquer sur les images pour les voir en plus grand)

J'avais fait pas mal d'autres essais, notamment en partant d'un fond qui me plaisait bien puis en tentant de placer les éléments par-dessus. Au départ, j'imaginais une image toute bête d'une vision de Paris post-apocalyptique. J'ai eu du mal à en trouver :

couv Les derniers d'entre nous
(Cliquer sur l'image pour la voir en plus grand)

Et les 1re et 4e de couverture présentées séparément. Le résultat est plus sage, plus direct, mais fait toujours assez peu young adult. J'aimais bien le montage de la 4e ^^

couv Les derniers d'entre nous     couv Les derniers d'entre nous
(Cliquer sur les images pour les voir en plus grand)

J'ai également cherché des photos de personnes seules sur la route, en train de voyager à pied, pour symboliser les héros livrés à eux-mêmes, la solitude, l'humain perdu face à l'immensité du monde (et donc à ses difficultés, comme l'apparition d'un virus qui décimerait rapidement toute la population), etc. Aucune photo ne m'a complètement emballé, mais j'ai fait quelques essais (accompagnés d'un autre essai de 4e de couverture) :

couv Les derniers d'entre nous     couv Les derniers d'entre nous
(Cliquer sur les images pour les voir en plus grand)

 

couv Les derniers d'entre nous     couv Les derniers d'entre nous
(Cliquer sur les images pour les voir en plus grand)

La première (en haut à droite), en noir et blanc et avec un fort effet de bruitage, avait une allure résolument rétro. J'aimais bien les teintes des deux dernières, avec cet ajout de vert-bleu absent des essais précédents. Celle de gauche, volontairement saturée, était finalement constellée de floculations assez gênantes. Celle de droite apportait, en plus du personnage seul, l'idée de l'automne, que j'ai reprise ensuite dans la dernière version (la première présentée ici, tout en haut).

Bon, au final, je ne devrais sans doute pas me casser la tête, et mettre une grosse image d'affrontement contre des zombies, très terre à terre, mais plus proche du contenu de l'ouvrage. Ou alors un personnage en gros plan :p. Toutes ces couv actuelles veulent trop en dire, je pense, et au final, sont trop peu accessibles...

Bref, je vais continuer à y réfléchir !

26 octobre 2014

Chara design de Johanne (Les Derniers d'entre nous)

Dans la lignée du précédent croquis sur Erika, voici l'évolution de Johanne, de mon projet Les Derniers d'entre nous. J'ai repris les bases d'Erika en y faisant quelques modifications, notamment la courbe de croissance, qui est plus forte, plus proche d'une courbe classique, ce qui implique que Johanne atteint plus rapidement la taille adulte. Johanne atteint d'ailleurs 1m68 (quasi 70) à la fin, là où Erika atteignait péniblement le mètre 65.


(Cliquer dessus pour voir l'image en plus grand)

Côté tempérament, j'ai tenté de reprendre les grandes lignes détaillées dans l'histoire, mais cela place l'étape 15 un peu en marge par rapport au reste. En effet, jusqu'à 14 ans, Jo est plutôt douce, gentille, un peu effacée. Il se passe quelque chose à 14 ans, qui la rend plus dure et sombre. Elle se reprend à 16 ans, étape qu'on ne voit pas, ce qui fait qu'entre 15 et 17 ans, le bond semble grand. De même, côté physique, on voit une plus grande différence qu'avec Erika : Johanne est plutôt svelte jusqu'à 14 ans, passe même par la quasi maigreur entre 14 et 16 ans, avant de prendre pas mal de poids entre 16 et 20 ans.

Côté habits, j'ai encore testé plusieurs types de chaussures (converse, baskets classiques, équivalent docs, bottines, converse low top à la fin) et de vêtements (leggings, veste en cuir, pantalon type cargo...). L'étape 15 est un peu fantaisiste, mais je ne voulais pas la faire en gothique classique, bien qu'elle passe un peu par cette phase. Là j'ai l'impression qu'elle fait plus grunge, en fait. Enfin, pour les lunettes, j'ai hésité à en mettre à tous les âges, car elle porte des lentilles à partir de 17 ans environ, mais finalement, j'ai eu envie d'essayer plusieurs modèles, chaque modèle modifiant sensiblement l'expression du visage. Les grosses lunettes rondes de l'étape 17 ans ne me conviennent pas vraiment, mais j'ai essayé plein d'autres formes, en vain. Et puis bon, ça lui donne un petit air marrant :p

Comme pour le précédent post, voici le petit gif animé de l'évolution du perso, toutes les étapes mises à la même taille.

Et pour finir, voici la version avec les différentes étapes plus resserrées, sans détails supplémentaires, et une petite composition avec Johanne à 11 et 19 ans en gardant les bonnes proportions, à côté d'Erika à 11 et 19 ans aussi.




(Cliquer dessus pour voir les images en plus grand)

Voir la page du projet

Posté par vorador2116 à 18:01 - Dessins - Commentaires [0]
Tags : , , ,

05 octobre 2014

Un petit chara design évolutif

En attendant d'autres nouveautés, et puisque ça fait super longtemps qu'il n'y a rien eu de posté ici, voici un petit dessin, une étude sur un personnage au fil de sa croissance.


(Cliquer dessus pour voir l'image en plus grand)

J'ai essayé de respecter un peu les canons de croissance et de faire évoluer le visage vers plus de maturité, tant au niveau des traits physiques (plus anguleux, plus dessinés) que moraux (sagesse, sérénité...). Certes l'évolution passe par de gros clichés ado (expression du visage passant de l'espièglerie à la timidité voire à la gêne, corpulence augmentant un peu puis s'affinant ensuite...), mais bon je n'ai pas particulièrement cherché à m'en affranchir. J'ai aussi voulu tester plusieurs types de chaussures (skate, adidas superstar, timberland, bottes...), d'habits (pull à capuche, t-shirt court sur t-shirt long, mini-short...) et de coiffure. Le plus dur, comme d'habitude, était de faire en sorte qu'on ait toujours l'impression que c'est le même personnage d'un dessin à l'autre, ce qui n'est jamais gagné pour moi ;) mais les dimensions plutôt petites du dessin réduisant le nombre de détails, ça a limité la casse, je trouve.

Il faudra que j'en fasse quelque chose, de ce perso... Si elle ressemble un peu à Azurée, de HG47, à l'origine il s'agit a priori plutôt de la fille à la tablette, dessinée il y a quelques temps déjà, puis remasterisée dans ce post. La ressemblance s'arrête sans doute à la clarté des cheveux >< En attendant, son étude pourra m'être utile pour mieux imaginer Johanne, Albane ou d'autres de mes persos évoluant dans un monde moderne.

Pour finir, voici un petit gif animé de l'évolution du perso, toutes les étapes mises à la même taille. Cela permet de voir un peu l'évolution des traits sans être gêné par le sujet qui grandit.

Et voici une version sans détail superflu, avec les différents âges plus rapprochés.


(Cliquer dessus pour voir l'image en plus grand)

Posté par vorador2116 à 19:38 - Dessins - Commentaires [0]
Tags : ,


23 juin 2014

Zombies... Like a boss

Zombie

Purée... Je m'étais fixé fin juin pour finir le premier tome en visant 400 000 mots, et... j'ai fini le 23 juin au bout de 420 000 mots. Si ce n'est pas de la maîtrise, ça ><

Heu, bref, voilà, ça s'est terminé plus vite que prévu (étant un gros habitué aux retards et aux histoires non finies, cf. Les Chants de la négation, qui ont fêté leurs onze ans cette année), et ça m'a même un peu étonné. Je continuais tranquillement, et paf, je me suis rendu compte que j'étais à la fin, que je devais écrire cette scène finale que j'ai imaginée il y a déjà plusieurs mois et que je redoutais tant. J'y étais enfin/déjà, et j'en ai été décontenancé. Elle trottait souvent dans ma tête, mais en fait, elle restait évanescente, trop idéalisée, car inaccessible ("j'ai le temps de la voir venir !"). Malgré l'appréhension, je m'y suis lancé, en me disant que je la retravaillerais de toute façon. Et puis la version actuelle me convient, en fait. Pas complètement ce que j'imaginais, mais pas ratée non plus.

Je n'ai pas encore écrit le mot "fin", mais ça ne va pas tarder. Ça fait bizarre. Comme pour HG47, sauf que là, je sais qu'il y aura une suite, donc c'est moins dramatique :p

Bon, maintenant, il va falloir relire et corriger tout ça, puis me lancer dans le tome 2 car, bon, je ne peux pas laisser mes persos dans une pareille situation... ;)

Voir la page du projet

------------

Edit du 24 août : bon, finalement, en attendant de trouver un titre qui me branche à fond, je vais appeler ce projet "Les derniers d'entre nous", en référence au jeu The Last Of Us (même si mon histoire a été commencée avant que je me mette au jeu, et que je veille à garder mes distances avec celui-ci pour garder mon indépendance). Ce titre a au moins le mérite de faire passer une partie du message que je trouve important : éviter tant que possible de mettre le mot "zombie" dans le titre (à la rigueur, il peut apparaître dans le titre du tome 1, why not), avoir une note mélancolique, irrémédiable (d'où le mot "dernier"), et enfin, intégrer le(s) narrateur(s) directement dans le titre, notamment par la présence d'un je/nous/mon/notre/etc. Je voulais m'inspirer en particulier des titres de trois oeuvres connues : le jeu The Last Of Us, le film Le Jour d'après, et l'expo Les Derniers Jours de l'ancien monde (sur les jours qui ont précédé le début de la Première Guerre mondiale). J'ai tenté de multiples combinaisons, en vain. Mais je ne désespère pas !

27 avril 2014

Jusqu'en enfer

Hum... C'est du très brouillon, très vite fait, mais qu'est-ce que vous en dites ? ^^

Oui, je sais, je ne devrais pas. J'ai les Chants à continuer, et mon roman de zombies, dont j'aimerais bien boucler le premier tome avant la fin juin. Et plein d'autres scénarios sur le feu. Mais c'est venu d'un coup. Pas juste ce morceau, mais toute une trame qui me semble bien sympathique. L'extrait peut vous paraître terrible mais... bon ok je le dis : ce ne serait qu'un prologue :p

 

(Lien pdf direct)

Voilà, surtout, n'hésitez pas à commenter et à donner vos attentes pour la suite !

Posté par vorador2116 à 21:59 - Écrits - Commentaires [2]
Tags : ,

14 avril 2014

Il est arrivé

Bon, j'ai fini par me lancer.

Même si j'aurais souhaité pouvoir revenir un peu sur le texte et le nettoyer de ses maladresses et lourdeurs, j'ai finalement décidé de lancer la version papier avec le texte dans son état actuel (enfin, avec quand même quelques corrections de fautes). Je n'ai pas le temps de bien reprendre le texte actuellement, et attendre encore pour sortir ce livre, ça ferait vraiment trop réchauffé. Qui sait, par la suite, je ferai peut-être une version révisée ?

Alors, le voilà, tout beau tout neuf, le livre sur Hunger Games, année 47 !

  

Je suis assez content du résultat. En fait, j'avais réalisé une première version, dont la couverture était beaucoup trop sombre et certains éléments trop proches des bords. Quant à l'intérieur, les marges ne me plaisaient pas. Trop larges, elles m'avaient imposé un corps de texte très petit, peu reposant pour la lecture.

La seconde version aura été la bonne : j'ai amélioré la visibilité de la couv (au passage, j'ai finalement opté pour un allègement de la 4e, en supprimant le texte de copyright/décharge, qui a été déplacé à l'intérieur du livre. De plus, j'ai remis la Azurée dans une version moins zoomée, que j'apprécie finalement mieux), et pour l'intérieur, je me suis calé sur les mises en pages de livres de poche, avec des marges plus étroites et un corps, donc, plus gros. Ca aurait pu être encore bien meilleur, si j'avais réalisé la mise en pages sous InDesign, par exemple. Mais j'ai préféré me casser la tête à tenter une mise en pages Word, qui finalement, s'en sort pas si mal. Il y a surtout l'absence de césure qui pèche, et la présence de folios sur les pages de fin de chapitre (c'est techniquement enlevable : il aurait fallu que je gère chaque dernière page de chapitre comme une section à part, ce qui demande un certain travail...)

Le livre est au format poche 10,8 × 17,48 cm, pour 288 pages au total. Il est imprimé par le site lulu.com. On peut donc se le procurer ici :

Acheter le livre HG47 sur lulu.com

A propos du prix : le site indique un prix hors taxe de 6,43 euros. A ce prix-là, il faut ajouter la TVA française ainsi que des frais de port, ce qui monte le coût final à une dizaine d'euros... Mais c'est le prix minimal auquel peut être vendu le livre, c'est-à-dire son coût de fabrication à l'unité (via le procédé de "print on demand") calculé par lulu.com. Je ne gagne donc pas le moindre centime sur la vente de ce livre. Il doit être considéré comme un "cadeau" et ne peut être revendu. Vous remarquerez d'ailleurs qu'il n'a pas d'ISBN, donc pas de dépôt légal. Ce livre n'existe pas :p

Quoiqu'il en soit, l'impression et le façonnage sont plutôt acceptables. Certes, c'est de l'impression laser, et des cahiers coupés (non cousus), mais le brochage semble tenir le coup, même si la carte de la couv est assez rigide. La préemption n'est donc pas complètement similaire à un autre livre de poche du marché, mais reste à mon sens assez convenable. A voir, ensuite, la durée de vie de l'objet après une lecture complète... Le brochage tiendra-t-il ou les pages vont-elles se détacher une à une ?

En tout cas, ça aura fait une belle conclusion à cette aventure hungergamesienne ! ^^ Le livre trône au milieu de mes autres poches et en jette pas mal, sans me vanter :p Ca donne envie de se lancer dans d'autres projets comme celui-ci ! Qui sait, si les Chants sont un jour terminés, et qu'aucun éditeur n'en veut (ben oui, c'est de la fantasy...) ;)

J'espère que si vous vous en procurez un exemplaire, celu-ci vous satisfera et représentera le souvenir idéal de cette belle aventure à laquelle vous avez fortement contribué !

Posté par vorador2116 à 23:08 - Arts créatifs - Commentaires [4]
Tags : , , , ,

09 avril 2014

Recyclage : Ange et démon

Et voici un petit recyclage de la colo de mon couple Ange et démon, qui semble plaire pas trop mal au niveau des recherches par mots-clefs (deuxième point d'intérêt du blog après les livres artisanaux...). Ici, j'ai repris la version sans le décor foiré au fond, et j'y ai appliqué une texture globale parcheminée, plus la même, en bleutée, sur les personnages, en incrustation. L'effet et plus saturé, plus blanc aussi, mais je trouvais le rendu "statue" plutôt intéressant.

ange et démon version 2014
(Cliquer dessus pour voir en grand format)

Et voici pour le feun deux gros plans mis en situation dans des cadres en bois ^^' J'apprécie notamment pas trop mal le second, en panoramique, avec la dominante rouge à gauche, et celle bleu-blanc à droite.

ange et démon version 2014
(Cliquer dessus pour voir en grand format)

 

ange et démon version 2014
(Cliquer dessus pour voir en grand format)

Posté par vorador2116 à 21:22 - Dessins - Commentaires [0]
Tags :

Recyclage : Fille à la tablette

Je me suis amusé à restaurer quelques antiques de ce blog, pour en faire des variantes peut-être plus abouties, ou plus fun. Voici déjà la fille à la tablette et à la bague Android, dans une version davantage wallpaper tech façon années 2000 : fond en points de trame à couleurs flashies, slogan à la typo techno-sf (en l'occurence ici, c'est celle de WipeOut HD Fury), contour autour du perso très épais, et texture trame, qu'on voit notamment sur les zones ombrées comme les jambes. Bon, j'aurais pu en rajouter des tas, mais en l'état, ça me convenait, et je ne voulais pas passer trop de temps non plus sur ce "chef-d'oeuvre"... ;p

Fille à la tablette version 2014
(Cliquer dessus pour voir en grand format)

Posté par vorador2116 à 21:07 - Dessins - Commentaires [0]
Tags : ,